fbpx

Ménopause : La naturopathie en soutien holistique

Bien vivre sa ménopause avec la naturopathie

Demain, c’est la journée mondiale de la ménopause. À cette occasion, autorisez-vous à vivre pleinement ce nouveau cycle de vie avec la naturopathie.

Bien souvent considérée, à tort, comme un problème pathologique, la ménopause est une période de transition. Tel que l’adolescence, de nombreux changements s’opèrent dans le corps. La sphère physique comme la sphère émotionnelle ou énergétique subissent de lourds changements. Accueillez-les avec douceur et naturel.

Certaines femmes auront l’impression qu’on leur enlève le pouvoir de donner la vie. Tels un deuil et une perte de connexion, elles vivront ce passage avec beaucoup d’angoisses et d’irritabilité, pouvant même aller jusqu’à la dépression.

D’autres accueilleront cette transition avec joie, vue comme un sentiment de libération ou de soulagement. Déclaré après un an complet sans menstruation, l’âge moyen pour entrer dans la ménopause varie entre 48 et 55 ans, en moyenne.

La naturopathie s’intéresse à chaque femme dans sa globalité. Elle l’aide à vivre ce moment le plus sainement et naturellement possible.

 

Comprendre la ménopause

Physiologiquement, cette période de la vie impacte grandement sur l’organisme de la femme.

Dans un premier temps, le taux de progestérone dans le corps diminue. Les conséquences apparaissent petit à petit :

  • La durée du cycle menstruel diminue ;
  • Les seins gonflent ;
  • Le métabolisme diminue.

Les femmes pensent généralement que la prise de poids est inévitable. Elle n’est pourtant pas une conséquence directe de la ménopause. La prise de poids intervient par une diminution du métabolisme. Avec cette compréhension, des mesures naturelles aident le fonctionnement général du corps.

Dans un second temps, le taux d’œstrogènes tend à disparaître. Viennent alors la fin absolue des saignements, l’arrivée des bouffées de chaleur, les insomnies, les sueurs nocturnes ainsi que les troubles du sommeil.

Sur le plan physique, les désagréments varient d’une femme à l’autre. Selon le tempérament de chacune, les symptômes seront plus ou moins importants.

Si certaines souffrent d’un manque de libido associée à une sécheresse vaginale et un manque de sécrétion, rendant difficiles les relations sexuelles.

D’autres seront gênées par de fortes transpirations, l’incontinence ou des douleurs articulaires.

Certaines femmes souffrent physiquement et moralement de ce dérèglement du système hormonal. D’un point de vue purement émotionnel, la souffrance étouffe les femmes d’un mal invisible. Irritabilité, angoisses, sautes d’humeur, les troubles de l’humeur sont le quotidien des ménopausées. Cette tendance à la dépression marque la fin d’un cycle porté par les changements hormonaux.

De plus, la diminution du système immunitaire les affaiblit davantage, poussant parfois le corps vers des troubles plus graves tels que l’ostéoporose, les maladies cardiovasculaires.

Naturopathie et ménopause

Le recours au traitement hormonal substitutif (THS) a longtemps été considéré comme une panacée mais aujourd’hui ils ont été reconnus comme dangereux pour la santé par les les autorités sanitaires. Un millier de cancers du sein par an seraient imputables THS.

Il existe des solutions naturels pour vous aider à passer ce cap. La naturopathie s’engage à considérer la femme dans sa globalité avec une révision globale de l’hygiène de vie : Corps — Esprit — Mental.

 

Réguler l’alimentation

Pour vaincre les symptômes de la ménopause, la naturopathie conseille un équilibrage alimentaire riche en protéines. Idéalement sous forme végétale ou de poissons, les protéines sont le ciment des hormones. En effet, les aliments protéinés favorisent la création des hormones.

À cela, ajoutez une large ration de légumes bio cuits à la vapeur pour une conservation optimale de tous les nutriments.

Les omégas 3 influent sur la détresse psychologique. Une augmentation considérable d’oméga 3 dans l’alimentation — ou sous forme de compléments alimentaires — prévient activement les troubles de l’humeur. De plus, une réelle complémentation préventive favorise la diminution des symptômes liés à la ménopause : intensité des bouffées de chaleur, diminution des risques cardiaques, etc.

La vitamine D a la fonction principale d’augmenter la capacité d’absorption de l’intestin du calcium et du phosphore. Une carence en vitamine D empêche une bonne minéralisation des tissus. En prenant un complément de vitamine D, la femme ménopausée réduit considérablement les risques liés à l’ostéoporose.

 

Faire de l’exercice

Afin de maintenir un métabolisme performant et de limiter la prise de poids, faites de l’exercice physique. Pratiquez la marche, la natation, le vélo. Essayez le yoga ou les Pilates. Laissez-vous aller à une activité qui vous ressemble. Le sport ne doit pas être une corvée, mais un compagnon de vie. De plus, intégrer un sport à son hygiène de vie diminue considérablement les risques cardiovasculaires.

 

Prendre du temps pour soi

Vivre un nouveau cycle est parfois transformateur. La ménopause, c’est l’âge de tous les possibles. Prenez du recul sur la vie et appréciez chaque jour qui passe. Laissez-vous guider par vos envies et vos besoins. Prenez alors du temps pour vous ressourcer avec des activités qui vous plaisent.

 

 

Essayer la phytothérapie

Les plantes ne sont pas la solution à tout. Néanmoins, elles accompagnent l’être humain vers son bien-être. Pour bien vivre une ménopause, complémentez-vous quotidiennement et bénéficiez du potentiel thérapeutique des plantes. Les plantes ne sont pas sans danger, alors prenez toujours contact avec votre naturopathe pour une posologie sans risque.

 

Les plantes hormon-like

La sauge possède une action dite « oestrogène like ». Elle comble les carences et diminue les sueurs. Si vous avez eu un cancer du sein (maladie hormono dépendante), cette plante est totalement contre-indiquée.

Comme la sauge, le houblon agit sur la carence en œstrogènes par sa concentration en hopéine. Les symptômes diminuent et le sommeil est largement favorisé par une action calmante et sédative de la plante.

En tant que régulateur hormonal, le gattilier remplace activement la progestérone.

 

Les plantes adaptogènes

Les plantes adaptogènes aident le corps à s’adapter à toute situation. Dans le cadre de la ménopause, l’organisme a besoin d’un coup de boost pour lutter contre la dégénérescence du métabolisme. À cet effet, le cassis (en gemmothérapie) revigore l’organise grâce à son action tonifiante.

 

Les plantes reminéralisantes

L’ortie est une plante médicinale féminine régulatrice. Outre son action sur les glandes surrénales et la détoxification de l’organisme, elle agit contre les douleurs articulaires et l’ostéoporose. Riche en fer, en silice, en sels minéraux et en oligo-éléments, elle évite les carences de l’organisme.

 

 

Encouragez la joie et le bien-être pendant ce passage de vie. Accueillez la ménopause avec bienveillance. À chaque étape de la vie, vous avez des choses à apprendre. Révisez votre hygiène de vie par la naturopathie et appréciez chaque instant.

 

Mélanie Garcia

Naturopathe

 

 

>