fbpx

Cycle féminin : la Femme Sage

Bien-être

Le cycle féminin est divisé en 4 phases : la première étant la Femme Sage, archétype symbolisant le début du cycle menstruel.

Etudier le cycle féminin c’est comprendre sa cyclicité, sa puissance. Chaque archétype représente une énergie singulière, que nous incarnons toutes au cours de nos vies. En comprenant qui est la Femme Sage, nous comprenons son influence sur notre état psycho-émotionnel et notre corps.

Enfin, je vous donnerais des conseils naturopathiques pour vous aider à vivre le plus sereinement possible cette phase de votre cycle.

La Femme Sage : symbolisme

L’archétype de la Femme Sage existe dans diverses traditions, sous des noms différents (l’Ancienne, la Grand-Mère, la Sorcière…). Elle est la gardienne d’un savoir ancestral, le fruit des expériences de la vie. Souveraine de sa puissance, elle n’a plus rien à prouver.

C’est cette femme sans âge, qui sait se retirer du monde quand elle en ressent le besoin. Cette femme d’une lenteur si gracieuse, qui n’a pas peur de plonger en elle pour se ressourcer.

Elle a cette force de la sagesse, ce savoir viscéral qui permet de guider le monde.

On associe cet archétype à l’Hiver, au temps des rêves. C’est une phase ayant une énergie yin, féminine et passive, tournée vers l’intérieur.

Que vous ayez vos règles ou non, votre corps est cyclique, surtout en tant que femme. Cet archétype est présent en vous, tout au long de votre vie.

A l’échelle du mois

Le temps de la Femme Sage symbolise la phase menstruelle, du 1er jour du cycle jusqu’au 6ème environ. Bien sûr cela fluctue selon chaque femme, cette période peut être ressentie bien avant les saignements. L’arrivée des règles est synonyme de retour à soi, de repos, des rêves et d’état méditatif.

A l’échelle de la vie

Le temps de la Femme Sage symbolise les années post ménopause. C’est la période de la vie liée à la sagesse, aux transmissions et aux partages d’expériences. Même ménopausées, les femmes continuent de traverser les différents archétypes. Il est simplement plus fréquent et inné d’incarner cet archétype au fil des années.

 

Comprendre ce qui se passe émotionnellement

Lors de notre cycle féminin, la période des règles est un moment souvent redouté. La société dans laquelle nous vivons nous l’a souvent décrite comme synonyme de douleurs, de honte, de sujet tabou qu’il faut à tout prix éviter. Pourtant, ce moment recèle d’une richesse immense : se reconnecter à notre cycle, à notre puissance féminine.

Que vous n’ayez pas vos règles, ou que vous soyez ménopausée, vous vivez tout de même ces états psycho-émotionnels. Ils ont juste une cyclicité différente, peut-être est-ce par rapport aux saisons, à certains moments de la journée ou de la semaine ? Ecoutez, observez votre propre cycle.

Que nous apporte l’archétype de la Femme Sage ?

S’autoriser à faire une pause

Nous vivons dans une société où l’énergie féminine est dévalorisée au profit du masculin : être dans l’action, ne jamais montrer de signe de faiblesse, privilégier le faire à l’être. Il est souvent mal vu, en tant que femme, encore plus lorsque l’on est débordée, de s’arrêter ou de demander de l’aide.
Or, comment donner aux autres si nous n’avons pas le temps de recharger nos batteries ?
Comment montrer l’exemple à nos enfants si nous ne prenons pas soin de nous-même ?

La Femme Sage s’incarne en nous lors de cette période pour nous apprendre à ralentir, écouter nos besoins, nous déposer pour revenir plus forte.

Se transformer

Si vous prenez le temps de vous octroyer le repos que vous méritez, cet archétype vous accompagne dans votre cheminement intérieur. Vous acceptez de vous asseoir avec vos émotions, de les digérer.
C’est une période de profonde reconnexion au cycle de la vie et de la mort, accepter ce qui est, laisser partir ce qui n’est plus. Faire de la place pour de nouvelles pensées, pour de nouveaux projets, de nouvelles actions.

S’écouter

Ecouter la Femme Sage en soi, c’est s’écouter. C’est retrouver la capacité de s’arrêter, de (re)connecter à son intuition. Peut-être rêvez-vous plus dans ces moments là ? Il peut être intéressant de tenir un journal de rêves, parfois le mental se fait plus clair, votre subconscient fait remonter des informations clés à la surface.
C’est également un très bon moment pour développer une pratique de bien-être, de vous initier à la méditation, aux techniques de respiration.

Conseils pour faire une pause pendant vos règles

  • ralentissez : annulez ce que vous pouvez annuler, déplacez ce qui peut l’être. Prenez le temps de faire les choses pendant ces quelques jours, octroyez vous des pauses.
  • dormez plus : si possible, essayez de vous coucher plus tôt afin d’avoir un sommeil réparateur.
  • organisez-vous à l’avance : faites-en sorte que pendant ces quelques jours, nous n’ayez pas à courir partout, que le stress disparaisse. Par exemple, faites vos courses en prévision : achetez des aliments nourrissants et réconfortants, simples et rapides à faire. Mieux, demandez à ce que quelqu’un cuisine pour vous ou faites vous livrer. C’est votre moment !
  • prenez du temps pour vous : même si ça n’est qu’une heure dans la journée, prenez ce temps pour vous. Créez vous une bulle d’intimité.
  • communiquez : expliquez à vos proches les 4 phases du cycle féminin, dont celui-ci. Nous oublions souvent que les gens ne peuvent pas deviner ce qui se passe en nous.
  • prévenez vos proches que vous êtes dans cette phase : il n’y a pas de tabou, en parler c’est faire respecter vos besoins.
  • demandez de l’aide : je sais, ça n’est pas simple du tout, mais accepter de demander et de recevoir de l’aide, c’est soulager votre quotidien.

Comprendre ce qui se passe physiquement

La Femme Sage symbolisant la phase menstruelle, il est intéressant de comprendre ce qui se passe réellement dans le corps lors de règles.

Le sang

Pourquoi saignons-nous ? Chaque mois, si l’ovocyte n’est pas fécondé, c’est la couche supérieure de l’endomètre, la muqueuse de l’utérus, qui desquame et s’évacue en sang. Ainsi, le berceau utérin fait peau neuve.

Les règles permettent d’éliminer lex toxines et toxiques présents dans notre corps via ce sang. Notre utérus se transforme donc en un émonctoire (organe d’élimination des déchets) temporaire. C’est d’ailleurs un moment où votre corps se détoxine naturellement car votre foie fonctionne plus fort.

De quoi est composé ce sang ? Le sang menstruel est totalement différent de celui présent dans nos veines. En effet, il est composé de cellules mortes de l’endomètre, de cellules de la muqueuse vaginale, de sécrétions du col de l’utérus, et de bactéries de la flore vaginale.

Sa couleur a-t-elle une signification ? Le sang rouge vif signifie que le flux s’écoule rapidement et correctement. Lorsqu’il y a des caillots, votre corps tente de ralentir le flux en se coagulant. Une couleur bordeaux ou marron signifie qu’il s’est oxydé. Il arrive que la couche de l’endomètre se détache et stagne dans l’utérus quelque temps. C’est le cas lorsque que le flux est léger.

Les hormones

Lors des règles, les taux de progestérone et d’oestrogènes sont au plus bas. Cela explique pourquoi c’est une période propice au repos, cette baisse hormonale entraine un besoin de se ressourcer physiquement et mentalement.
Le saviez-vous ? Juste avant et après les règles, de l’ocytocine est sécrétée. Cette hormone augmente l’état des ondes méditatives du cerveau, les fameuses ondes “thêta”, qui permettent la clairvoyance. C’est la période idéale pour tenter de faire la vide et d’avoir les idées claires.

Les symptômes

Lors des règles, il est normal de vivre certains changements. Il est fréquent de se sentir fatiguée, maladroite, de se sentir plus vulnérable, d’avoir le corps hypersensible et ne pas aimer qu’on vous touche. Vous êtes plus réceptive à ce qui vous entoure et cela peut être déstabilisant.

Vos fonctions hépatiques étant plus actives à cette période, il est normal d’avoir des signes de détox tels que des boutons, un début d’acné, des maux de têtes, etc.

Enfin, c’est une période d’inflammation au niveau du petit bassin et de l’utérus, il peut arriver que votre système digestif soit déréglé, que vos selles soient plus molles. De même, de légères douleurs et crampes abdominales sont normales.

 

Conseils Naturopathiques

  1. Buvez beaucoup d’eau

Afin de soutenir le travail de détox de l’organisme, veillez à vous hydrater régulièrement. Un verre d’eau pure, de préférence à température ambiante ou chaude, chaque heure.

  1. Allégez vos repas

Il est conseillé de manger des repas simples, sains, les plus naturels possibles afin de mieux les digérer. Composez vos repas avec peu d’ingrédients différents. Une monodiète sur un repas est une bonne alternative, par exemple uniquement du riz complet. Il est normal d’avoir une augmentation de l’appétit avant vos règles ou juste au début : ne vous privez pas, mais privilégiez une nourriture qui ne soit pas trop grasse.

  1. Évitez les aliments pro-inflammatoires

La santé de votre utérus est souvent liée à celle de votre intestin, il est donc important d’éviter de consommer des aliments pro-inflammatoires : sucre, alcool, gluten de blé, produits laitiers, charcuteries, café, nourriture industrielle. Idéalement, une semaine avant vos règles, et pendant.
De même, si vous avez un système digestif fragile, privilégiez des légumes cuits faciles à digérer (courgettes, courges, pommes de terre, carottes, haricots verts, etc.) et évitez les aliments provoquant des gaz (choux, artichaut, pois chiches, lentilles).

  1. Consommez des aliments riches en fer

La perte de sang entraine la perte de fer, nécessaire à votre vitalité. Il est donc essentiel de consommer des aliments riches en fer tout au long de votre cycle. Particulièrement après vos règles, prêtez attention à vos besoin et envies, c’est votre corps qui vous parle.

La viande rouge et le foie sont les aliments les plus riches en fer. Cependant il existe des alternatives naturelles, à raison d’en consommer une portion suffisante : lentilles, orties, spiruline, algues de mer, graines de courge, quinoa, épinards, graines germées.

  1. Dormez plus

Vous avez besoin de repos. Essayez de vous coucher à heure fixe, et plus tôt le soir. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à faire une sieste. De plus, évitez les excitants tel que le café, qui induisent une inflammation digestive.

  1. Pratiquez un exercice physique

Évitez de rester trop longtemps assise ou allongée, marcher vous aidera à décongestionner le petit bassin et favorisera l’écoulement du sang. Privilégiez une activité douce, telle que le yoga, mais évitez les postures inversées. Vos pieds et votre cage thoracique ne doivent pas être au dessus de votre tête.

  1. Favorisez l’écoulement du sang

Évitez l’usage abusif de tampons ou de cup car portés trop longtemps, ils empêchent l’écoulement naturel du sang. Surtout la nuit car la position allongée favorise la stagnation du sang dans l’utérus. Privilégiez une serviette hygiénique lavable ou une culotte menstruelle. Ces solutions sont plus respectueuses de l’environnement tout comme de votre intimité.


Si ce sujet vous intéresse, je vous conseille vivement de lire le l’ouvrage de Miranda Gray à ce sujet 🙂

À propose de l'auteure

Naturopathe, coach de vie et fondatrice du concept La Vie Est Belle Au Naturel (depuis 2015) et de plusieurs programmes d'accompagnement en ligne. Pendant plus de 9 ans, j’ai aidé plus des milliers femmes à optimiser leur santé à la naturopathie grâce à des programmes en ligne, consultations et coaching.

Mélanie Garcia

Vous aimerez peut-être également

Comment soulager naturellement un torticolis

5 conseils beauté pour l’hiver

Plantes adaptogènes : pourquoi les adopter

Quel régime alimentaire choisir ?

Page [tcb_pagination_current_page] of [tcb_pagination_total_pages]

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>