Temps de lecture estimé : 6 minutes

Saviez-vous que l’air intérieur de nos maisons est de 2 à 5 fois plus pollué que l’air extérieur ? Les bébés sont particulièrement sensibles aux toxiques volatils, car leur système immunitaire n’est pas encore totalement formé, et dans la chambre de bébé, de la peinture aux meubles en passant par les textiles, tout un tas de toxiques, sont dissimulés et dangereuses pour le bon développement de sa santé.

Les toxiques dont il faut se méfier en priorité sont les composés organiques volatils (COV), les perturbateurs endocriniens et les métaux lourds. Ces toxiques sont particulièrement néfastes pour le développement de leur système nerveux et peuvent provoquer asthmes, allergies, eczéma, troubles du déficit de l’attention, infertilité et cancer.

Selon une étude faite par Good morning america avec l’aide de Greenguard Environmental Institute, après une semaine de la mise en place d’une nouvelle chambre pour bébé avec de nouveaux meubles et décoration, ils ont retrouvé 300 différents produits chimiques dans l’air (et seulement 2 produits chimiques devant la fenêtre ouverte), dont 100 provenaient du matelas.

Alors voici quelques conseils simples à mettre en oeuvre et qui feront une grande différence pour la santé de votre bébé.

1. La déco

  • Une peinture sans Composés organiques volatils (COV)

Les COV regroupent plusieurs milliers de substances qui peuvent être d’origine biogénique (naturelle) ou anthropique (humaine). Les plus connus sont le butane, le toluène, l’éthanol (alcool à 90°), l’acétone et le benzène que l’on retrouve le plus souvent sous la forme de solvants organiques dans les colles, vernis, panneaux d’agglo, sols, peintures, etc. C’est cette odeur de « neuf » que nous sentons après les travaux effectués, celles qui piquent le nez !

Aujourd’hui on trouve sur le marché des peintures dites sans COV, ce qui n’est pas totalement vrai, car elles en contiennent toujours un peu, mais en bien moindre quantité face à des peintures classiques.

  • Choisissez des peintures ou colles pour tapisserie sans COV
  • Laisser dégazer (évaporation des COV, même avec des peintures dites sans COV) avec les fenêtres ouvertes pendant au moins 1 mois et un ventilateur pour éviter la dispersion dans les autres pièces du logement.
  • La future maman (et les enfants) devra éviter au maximum d’entrer dans la pièce durant les travaux et pendant le dégazage.

  • Un sol naturel

Les sols en PVC sont à éliminer d’office, les moquettes sont traitées avec des substances chimiques comme des fongicides et des pesticides. De plus, la pose nécessite une sous-couche composée de mousse, un produit nocif dérivé du pétrole et des colles pleines de COV.

  • Préférez les sols en parquet naturel ou bambou, linoléum à base d’huile de lin, dalle de liège ou les fibres végétales (coco, jonc de mer, sisal)
  • Pensez à toujours enlever vos chaussures avant d’entrer dans la chambre.

2. L’aménagement

  • Des meubles naturels

La fabrication de meubles implique colles, vernis, peintures, teintures…donc tout un tas de COV invisibles. Sachant qu’un bébé passe entre 10 à 14h à dormir et jouer dans son lit, mais aussi à le mâchouiller allégrement ! 😉 Il sera préférable d’éviter le contreplaqué, aggloméré, laminé ou MDF (exit le lit Ikéa ! )

  • L’idéal serait de lui offrir un lit en bois massif peint ou teint avec un produit à bas d’eau et sans COV, plomb ou phtalates qui sont courant des les lits classiques.
  • Si vous ne pouvez pas faire autrement que ceux qu’il faudrait éviter (contreplaqué, aggloméré, laminé ou MDF), laissez les meubles dans un garage ou à l’extérieur pendant 3 mois au minimum pour laisser s’évaporer les COV et pensez également à l’option du lit d’occasion qui aura déjà eu le temps de se libérer d’une grande partie de ses substances volatiles.
  • Idem pour tous les meubles qui vont composer la chambre, bien sûr.

  • Des jouets sans danger

Retardateurs de flamme, allergènes, phtalates et bisphénol A, formaldéhyde et métaux lourds se retrouvent dans les jouets et peluches de vos enfants. Incroyable, mais vrai!

  • Choisissez des jouets et peluches certifiés bio
  • Pour les jouets, livres, peluches, etc. non bio, laissez les jouets évaporer leur COV avant leur utilisation, laissez-les quelques jours à l’extérieur ou au garage.
  • Pensez à laver les peluches avant leur utilisation

3. La literie

  • Un matelas bio

Le matelas traditionnel est fait de matière plastique en bisphénol A et phtalates et reçoivent un traitement ignifuge de PBDE (Polybromodiphényléther) entre autres, substances qui perturbent les hormones, le système nerveux et qui sont même potentiellement cancérigènes. Sachant que bébé reste, une grande partie de sa journée et de sa nuit, allongé sur son matelas, il sera bénéfique de choisir un matelas bio en latex naturel ou fibre de coco et coton bio.

Attention toutefois à ne pas vous laisser avoir par les labellisations et présentation comme bio de certaines marques qui ont créé leur propre labellisation et qui ne sont pas plus bio que les autres ou dont seule la housse est bio.

Je vous invite à lire l’article de la ménagère écolo qui vous conseille plusieurs marques dans sont article les matelas bébé écologiques

  • tissus et couverture

Même les textiles ne sont pas sans toxiques : tissus imperméables, anti-tâches, colorer ou encore floquer nécessitent des produits toxiques pour leur traitement, même le coton simple est traité avec des pesticides, par exemple.

  • Pour les draps, contour de lit et rideaux, optez pour du coton bio en évitant au maximum, les dessins et motifs, restez le plus simple possible
  • Pour les couvertures, optez pour du coton ou de la laine de mouton, qui est idéale, car elle est traitée naturellement et antibactérienne
  • Pour les rideaux, restez simple et évitez les doublures en PVC
  • Lavez-les avant leur première utilisation puis régulièrement par la suite avec une lessive bio

4. L’ambiance

  • Une surveillance « save »

Aujourd’hui les ondes électromagnétiques sont partout (wifi, téléphone sans fil, téléphone portable,télévision, Bluetooth…), nous savons que ces ondes sont néfastes pour le système nerveux et qu’il est préférable de les éloignés des tout-petits le plus possible, sachant que le cerveau d’un enfant peut absorber environ 60% d’ondes supplémentaires que celui d’un adulte. Un babyphone est particulièrement utile et pratique et permet d’avoir une surveillance de votre bébé à tout moment, seulement les informations qui s’échangent entre sa chambre et la pièce où vous vous trouvez, se font par des ondes qui peuvent être des ondes radios, magnétiques et électriques.

  • Il sera donc préférable de choisir un babyphone à faible émission d’ondes ( 900mhz maximum ), un babyphone analogique étant le moins producteur d’ondes. Et veillez à ce qu’il est la fonction déclenchement automatique à la voix (VOX) qui émettra que lorsqu’il y a du bruit.
  • Pensez à toujours le placer à au moins 1 mètre de la tête de votre bébé.

  • Un air de qualité

Maintenant que nous avons vu tous les matériaux et objets qui pourraient contenir des toxiques, pensons à l’air ambiant. Le nouveau-né respire 2,5 fois plus que nous, 40 respirations par minutes, ils doivent donc avoir un air propre et oxygénant.

  • N’utilisez pas de bougies, désodorisants, parfums, etc.
  • Pour détruire les mauvaises odeurs (par exemple dans la poubelle de couches), saupoudrez du bicarbonate de soude
  • Nettoyez la chambre et la zone de lange ainsi que tous les textiles avec des produits d’entretien bio
  • Aérez chaque jour, en ouvrant la fenêtre, au moins 20 minutes
  • Diffusez des huiles essentielles d’Eucalyptus Radié (Eucalyptus radiata) ou de Citron (Citrus Limon), pour purifier et réoxygéner la pièce. Sans la présence de bébé, pendant 5 minutes puis ventilez quelques instants en ouvrant la fenêtre.

Avec ces quelques conseils, vous vous assurez une chambre saine pour votre bébé, où il pourra s’épanouir et grandir en sécurité. Mais n’oubliez également les soins de toilette qui ne sont pas toujours aussi sains que vous pourriez le penser. Choisissez des produits bio !

crédit photo : Pixabay.com

 

ATTENTION :
Les informations relatives à l’usage des huiles essentielles mentionnées sur ce site sont issues de recherches effectuées par des professionnels de la santé.Elles sont délivrées à titre informatif et ne se substituent pas aux conseils délivrés par les médecins. Toute utilisation avec d’autres huiles essentielles que celles mentionnées ou de manières différentes que les indications proposées, ne sont pas recommandées. 

    7 replies to "Créer une chambre sans toxiques pour votre bébé"

    • Guillaume

      Des conseils qui devraient être bien utiles aux jeunes parents 🙂 dont je fais partie !

      Pour compléter ta recommandation sur les désodorisants d’intérieur, dans laquelle je me retrouve bien, voici un lien vers de récentes bonnes pratiques publiées par le Ministère de l’environnement, concernant les encens : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Utilisation-d-encens-precautions-d.html
      On y trouve notamment : « privilégier un usage modéré, en particulier en présence de personnes dont le système respiratoire est plus sensible (jeunes enfants, personnes asthmatiques, personnes âgées, etc.) »

      • Mélanie Garcia

        Merci Guillaume, 

        Personnellement je dirais de ne pas du tout utiliser l’encens non plus… Les encens qui ne sont pas fabriqués traditionnellement, sont souvent remplis de produits toxiques. Donc pour moi les huiles essentielles de qualité sont les seules à être sûres pour la santé des petits comme des grands ! 😉

    • Estelle

      Bonjour Mélanie,
      Merci à toi d’avoir écris cela. Je refais la chambre de ma fille, et je peux te dire que je galère sur les papiers peints. Donc je partage mon retour avec toi : on peut trouver des papiers peints avec précision des composants (fibre synthétique ou naturelle), il peut y avoir le label FSC pour certifier l’origine des fibres naturelles, la mention « sans chlore » (non woven) peut aussi être précisée pour la décoloration des fibres, ensuite on peut s’intéresser aux encres qui peuvent être naturelles également (ex: des encres à base de craie, encres à base d’eau), puis à la colle utilisée d’une part pour agglomérer les fibres qui peut être « sans solvant » (solvent free resin), ainsi qu’à la colle que vous utiliserez pour la pose du papier peint (vous pouvez trouver différentes colles naturelles à base d’amidon par exemple), et enfin là où je sèche encore, c’est sur les standards concernant l’inflammabilité des produits, apparemment si vous ne prenez pas des fibres naturelles pour mettre sur vos murs (sisal), vous ne pouvez pas trouver de papier peint sans retardateur de flamme, et il est assez difficile d’obtenir des informations sur la composition des produits utilisés dans le retardateur de flamme appliqué au papier peint. Un nouveau label vient de voir le jour d’ailleurs a propos notamment des retardateurs de flamme, mais il ne s’intéresse pas au papier peint: https://www.consoglobe.com/home-care-un-nouveau-label-qui-dit-non-aux-meubles-toxiques-cg).

    • Typhenn

      Bonjour,
      Je trouve cet article très intéressant. Je souhaite apporter, si vous me le permettez, une petite info complémentaire pour la partie #Déco : aujourd’hui il existe des peintures assainissantes qui permettent de dépolluer l’air intérieur de la pièce qui a été (re)peinte.
      Je suis maman de 3 enfants dont un tout petit. Je n’avais pas connaissance de ces produits : j’ai découvert la marque Colibri, qui est une peinture 100% française, il y a très peu de temps. La vente de cette peinture sera bientôt en ligne : http://www.colibripeinture.com.
      Je voulais ajouter également une recette de grand-mère pour le nettoyage / désinfection des sols sans toxiques : l’utilisation du vinaigre blanc dans de l’eau claire ou de savon noir.

    • agent du MTES

      Je sursaute en lisant : » Donc pour moi les huiles essentielles de qualité sont les seules à être sûres pour la santé des petits comme des grands !  » L’usage des huiles essentielles est à proscrire pour les enfants et femmes enceintes (un nourrisson est déjà mort en france d’intoxication car la maman avait cru bon de le masser avec 2 gouttes d’huile essentielle de lavande vrai!
      Nombre d’huile essentielle sont des perturbateurs endocrinien naturels et à très faible dose (tea tree, géranium, sauge,etc, et neurotoxique : lavande, eucalyptus, sauge encore pour citer les plus connus.
      J’utilise beaucoup les huiles essentielles et me suis moi-même intoxiquer parfois.
      Pour information la sauge sclarée est même utilisée pour ses vertus abortives dans les pays où la pratique est illégale.
      Voilà à bon entendeur, efficace oui! mais pour quoi?!
      Donc pour les odeurs la seule bonne chose c’est le bicarbonate, et l’aération vérifier la VMC régulièrement la bouche doit être sale sinon c’est quelle ne fonctionne pas correctement. (ne pas utiliser de purificateur d’air ou pire des ioniseurs car toxique car dégage de l’ozone entre autre)

      • Mélanie Garcia

        Bonjour Suzanne,
        Cette réponse est sortie de son contexte puisque c’était en réponse à un commentaire où dans l’article je parle de « diffuser » certaines huiles essentielles précises et non de l’utiliser en usage interne ou externe. Leur toxicité n’est donc pas du tout le sujet dans ce cas.

        Merci toutefois de votre remarque, je vais ajouter une précision pour que cela soit clair.

Leave a Reply

Your email address will not be published.