fbpx
Des conseils naturels pour soulager la constipation avec la naturopathie

Constipation et naturopathie | Symbolique et solutions

Saviez-vous qu’un bon transit est marqué par l’expulsion des selles 1 à 2 fois par jour ? Idéalement, aller à selles correctement, c’est 2 fois par jour. Nous, les naturopathes, constatons que la constipation est un désagrément tout à fait courant. Selon les statistiques, près de 20 % de la population occidentale souffrirait de ce problème. 

La constipation, c’est quoi ?

C’est la difficulté, voire l’incapacité à faire sortir la matière fécale. Pas très glamour, allez-vous me dire ? Et pourtant, c’est un problème très important en naturopathie !

Les conséquences de la constipation

Ne pas réussir à aller à selles est le siège de divers autres problèmes de santé.

La santé de vos intestins est importante. C’est là que l’assimilation des nutriments a lieu, c’est là aussi que les résidus et les toxines de notre vie sont éliminés, etc. S’il y a un blocage au niveau de l’évacuation des selles, les conséquences peuvent aller jusqu’à auto-intoxication.

Mais voyons plus en profondeur les conséquences d’une constipation chronique : 

  • La stagnation des déchets : s’ils ne sont pas évacués, les déchets organiques restent à l’intérieur du corps. Cela provoque différents ennuis tels que la fermentation intestinale, les gaz, les ballonnements, les flatulences, des crampes, etc.
  • Des douleurs abdominales ;
  • Le manque d’oxygénation des cellules de l’intestin : cela induit inévitablement une paresse intestinale qui vient s’ajouter au problème de transit initial.
  • La porosité de l’intestin s’accentue : un intestin poreux provoque un retour de toxines à l’intérieur de l’organisme. Ce qui doit être expulsé stagne et les toxines retournent envahir le corps.

 Un corps qui ne se purifie pas est un corps en danger. 

De plus, nous pouvons constater que les constipées chroniques ont des risques d’occlusion intestinale, d’hémorroïdes, de fissures anales ou encore d’incontinence fécale.

Trop de stress vous empêche d’évacuer

Si votre état émotionnel n’est pas au top, cela aura un impact sur votre transit. L’intestin, notre deuxième cerveau, fonctionne en étroite collaboration avec nos émotions. Trop de stress aura un impact négatif et favorisera les troubles du transit.

Dès lors, essayez de gérer votre stress par la sophrologie, la méditation, le yoga ou toute autre méthode vous convenant. Vivez en conscience de tous vos symptômes et libérez votre esprit de tout le négatif qui peut l’encombrer.

La constipation, une symbolique puissante

Dans la symbolique des maladies, la constipation est associée à une grande volonté de tout contrôler dans sa vie. L’insécurité intérieure occasionnée par ce besoin de contrôle provoque des problèmes d’évacuation fécale. Dans les études symboliques, la constipée s’accroche souvent à de vieilles idées, de vieux biens matériels, ne souhaitant pas se libérer du passé. Cela lui donne une illusion de sécurité.

Accepter de laisser partir ( évacuer les selles) les pensées contrôlantes et de lâcher prise aide les personnes constipées à se libérer tant physiquement qu’émotionnellement.

Prenez soin de vos intestins avec des méthodes naturelles :

Des aliments riches en fibre alimentaire pour un transit au top

Vous voulez vous libérer de votre constipation ?

Vous souhaitez relancer le péristaltisme intestinal ?

Alors, pensez  à votre régime alimentaire.  

Pour cela, consommez des aliments riches en fibres, ils agissent comme un balai sur vos intestins, libérant ainsi la matière fécale.

De nos jours, les aliments transformés sont pauvres en fibres, tentez alors de retrouver une hygiène de vie saine en révisant vos assiettes.

  • Les fruits frais ;
  • Les fruits secs : les figues, les pruneaux,…
  • Les légumes ;
  • Les légumineuses : pois chiches, lentilles, les haricots, les pois, …
  • Le pain complet grâce aux de blé ;
  • Le son de blé.

De plus, ils contribuent à maintenir la flore intestinale intacte. 

L’hydratation pour augmenter le volume des selles

Buvez-vous suffisamment d’eau ?

Saviez-vous que l’eau avait aussi pour mission d’augmenter le volume de selles ? L’idéal est de boire 6 à 8 verres d’eau par jour.

Vous n’y arrivez pas ? Attention de ne pas tomber en déshydratation.

Mettez une alarme pour vous rappeler l’importance de boire beaucoup d’eau.

Avant même le petit déjeuner, commencer sa journée avec un grand verre d’eau est la solution parfaite pour : 

  • Réveiller le système digestif ;
  • Hydrater l’organisme ;
  • Faciliter le transit ;
  • Rappeler à votre corps l’importance de boire.

Limitez les eaux gazeuses, elles sont néfastes pour les reins, consommez-les avec parcimonie. Préférez une eau minérale ou une eau de source.

L’activité physique pour améliorer le transit intestinal

L’organisme est composé de différentes sortes de muscles. Les muscles lisses se contractent sans intervention de la pensée et les muscles striés sont volontairement mis en mouvement, par une activité physique.

Les muscles lisses du côlon sont mis en mouvement, lorsque les muscles striés sont en action. Cela signifie que lorsque vous pratiquez une activité sportive, vous mobilisez finalement tous les muscles. L’activité physique remet donc du mouvement dans le système digestif activant ainsi le péristaltisme intestinal.

Faire du sport, c’est une façon douce de lutter contre la constipation.

Soulager la constipation avec des plantes

Les plantes laxatives soulagent ponctuellement la constipation. Elles sont à utiliser en complément d’une bonne hygiène de vie. En suivant les conseils énoncés ci-dessus, les plantes viendront occasionnellement aider l’organisme.

  • Les graines de lin : en plus de faire baisser le taux de cholestérol, ces graines à mucilage encouragent le transit à fonctionner correctement.
  • Le psyllium blond : graines à mucilage laxatives.

Vous préférez les stimulants comme l’huile de paraffine ou les laxatifs ? Sachez qu’ils ne réparent rien ! En effet, ils aident une constipation occasionnelle, mais ne peuvent être utilisés sur le long terme. D’ailleurs, ils sont très souvent le siège de déséquilibres osmotiques.

>