5 façons simples de préserver votre santé et la planète en même temps

5 façons de prendre soin de votre santé et de notre planète en même temps.

 

Cet article participe au carnaval d'articles "forme vitalité Bien-être", c'est un groupe de blogueurs qui chaque mois publient un article sur un thème donné autour de la santé. Ce mois-ci, le thème est "Démarrez l'année en beauté", proposé par Marie-Pierre du blog Se former à la divination qui ouvre le bal avec son article "Six clés pour tenir ses bonnes résolutions".

 

Pour ce thème, je me suis dit "Quoi de mieux que de commencer l'année en préservant sa santé et la planète en même temps !", car sans notre belle planète nous ne pourrions pas vivre… Et l'on a parfois tendance à l'oublier ! Il ne suffit pas de manger des légumes et des fruits, de faire de l'exercice ou de méditer pour être en bonne santé. Il est également essentiel de respirer un air sain, de manger des aliments le plus mûrs et pures possible (sans pesticides et pollutions), de boire une eau pure, d’avoir des ressources suffisantes, d’avoir un écosystème équilibré et d'être énergétiquement connecté à la terre.

Alors voici 5 conseils simples à mettre en place, mais qui feront une grande différence pour votre santé et celle de notre planète.

 

 

1. Arrêter d'acheter des produits industriels

Le monde de l'industrie alimentaire est très particulier. Leur but est de nous vendre de la nourriture, mais à vrai dire, ils se préoccupent peu (voir pas du tout) de notre santé et de notre planète.

L'invention du raffinage, qui consiste à enlever ou modifier les nutriments réactifs des aliments pour les rendre plus stables et les conserver plus longtemps, leur a permis de nous proposer des aliments qui se gardent et se stockent facilement pendant des années, une aubaine pour eux… Mais ce n'est pas sans conséquence pour nous. Le raffinage enlève une grande partie des nutriments et des fibres essentiels à la digestion des aliments. Ainsi nous nous retrouvons avec des aliments vides, contenant seulement des calories, qui vont nous donner l'impression d'être rassasiés, mais sans aucun apport nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme.

Le plus dangereux des aliments qu'ils nous proposent et que l'on retrouve dans quasiment tous les aliments transformés est le sucre. Ce petit ingrédient blanc comme neige avec un goût tout doux qui semble totalement inoffensif et qui nous fait du bien au moral quand on a un coup de blues est en fait une drogue (oui carrément!). Une étude réalisée par l'université de bordeaux (voir l'étude en anglais ici) a montré que l'on pouvait avoir une addiction encore plus forte au sucre qu'à la cocaïne, vous imaginez !

La deuxième invention qui a permis aux industriels de nous vendre toujours plus, c'est l'invention du plastique. Cela leur permet de conditionner les aliments pour leur faciliter la tâche et la nôtre aussi, il ne faut pas le cacher. Mais là encore, cette invention n'est pas vraiment à notre avantage, les plastiques ne sont pas facilement recyclables créant beaucoup de déchets, ils nécessitent beaucoup de produits chimiques pour les fabriquer et sont en train de détruire nos océans et notre santé. Les plastiques sont pour la plupart des perturbateurs endocriniens qui chamboulent nos hormones, les messagers de notre corps. Imaginez, votre boite email totalement spamée, vous ne recevriez plus les messages importants, et les emails seraient incompréhensibles, car ils utiliseraient des mots de langues différentes, ils arriveraient des mois plus tard ou alors arriveraient tous en même temps. Ce serait impossible à gérer et vous ne pourriez plus travailler, ne sachant plus quoi faire et quand, avec des informations fausses ou incompréhensibles. Et bien, c'est ce que les perturbateurs endocriniens font sur vos hormones.

Alors, essayez de minimiser, voir d'éliminer, les produits industriels et préférez les produits non transformés, naturels et locaux (à l'ancienne je dirais ! N'oublions pas qu'il n'y que quelques dizaines d'années tout cela n'existait pas…). De cette façon, vous aurez le pleins de vitamines et minéraux justement essentiels au bon fonctionnement de votre corps, vous aurez des fruits et légumes frais et de saison, pour un goût tellement meilleur et vous permettrez de réduire l'utilisation de combustibles pour leur transport, vous réduirez l'utilisation de pesticides et des produits chimiques nécessaires à la production des produits transformés et vous réduirez l'utilisation des plastiques, cartons et autres contenants nécessaires au conditionnement des aliments transformés.

 

 

2. Réduisez votre consommation de produits animaux

Déforestation, réchauffement climatique, épuisement des nappes phréatiques, pluies acides sont, entre autres, les conséquences de l'élevage intensif. Mais ce n'est pas tout, car les conditions d'élevages des animaux sont honteuses, il y a une utilisation abusive d'antibiotiques et d'hormones, les animaux mangent des fourragères traitées aux pesticides et engrais, et tout cela se retrouve dans la viande que vous mangez chaque jour. Donc en plus du fait que l'on détruit notre planète, nous nous empoisonnons ! Et c'est le même constat pour la surpêche et l'élevage intensif des poissons.

Donc, simplement en réduisant votre consommation de produits animaux, vous faites un pas énorme pour votre santé et celle de la planète, pensez-y !

Si vous souhaitez avoir plus d'informations, voici un article de notre-planète.info, qui vous explique, en détail, les conséquences de manger autant de viande.

 

 

3. Passer aux produits ménagers naturels

Les produits ménagers courants sont des produits toxiques qui peuvent avoir un effet très grave sur notre santé : asthme, allergies, maladie de peau, dérèglement hormonal, cancer. Mais pas seulement sur notre santé, mais également sur la santé de notre faune et flore aquatique. Les eaux que l'on rejette sont toujours imprégnées de ces produits toxiques, les poissons et les coraux en sont les premiers touchés.

Et pourtant, nous avons dans notre cuisine, tout ce qu'il faut pour nettoyer, purifier et assainir notre maison de haut en bas. Bicarbonate de soude, vinaigre blanc, citron et huiles essentielles vous permettront d'avoir une maison propre et saine tout en prenant soin de votre santé et celle de notre planète.

Découvrez les astuces de Natasha sur son site echosverts qui partage avec vous ses produits nettoyants fait maison.

 

 

4. Utilisez des produits de beauté bio et vegan

Une enquête réalisée par Bionsen (société de cosmétiques britannique) a montré qu’une femme applique en moyenne 515 produits chimiques sur son visage et son corps chaque jour : maquillage, rouge à lèvres, parfums, lotions, mascara, etc.

"Selon cette étude, une femme utilise en moyenne 13 produits de beauté différents qui, pour la plupart, renferment au moins 20 ingrédients et additifs dont certains n’ont pas été testés correctement pour leurs effets sur la peau et sur la santé en général.

Une étude américaine de 2006 conduite par une association, l’Environmental Working Group (EWG), avait trouvé que 11 % seulement des substances contenues dans les cosmétiques ont été évaluées par des tests de toxicologie adéquats. Certains produits sont soupçonnés d’être cancérogènes ou de perturber l’équilibre hormonal." lanutrition.fr

Et ces mêmes cosmétiques sont testés sur des animaux. C'est pourquoi, si vous voulez vous maquiller, faites-le en conscience. Choisissez consciencieusement vos produits et essayez de les fabriquer vous-même.

Pour vous aidez à vous y retrouver, voici un super article de Carole du site pin-up bio qui vous présente les 9 meilleures maques cosmétiques.

 

5. Faites un compost

Un tiers de nos déchets sont organiques, malheureusement lorsqu'ils se retrouvent à la décharge, leur décomposition naturelle est gênée par les autres déchets non-biodégradables et finissent par contribuer la contamination de l'air et des sols. C'est pourquoi faire un compost est plus adapté.

Le compostage, ce sont les déchets organiques qui se décomposent et qui peuvent ensuite, rendent leurs nutriments au sol, c'est un recyclage naturel. Il existe plusieurs systèmes adaptables à toutes les situations que vous viviez à la campagne en ville, dans une maison, dans un appartement, il y en a pour tous !

Pour en savoir plus, je vous invite à regarder ce petit guide du compostage, proposé par l'agence locale de l'énergie et du climat de l'Eure,  il est très clair et vous donnera toutes les informations pour créer votre compost facilement.

 

 

Voilà, je vous l'avais dit, ce sont 5 façons très simples de changer les choses qui ont des conséquences incroyables sur notre santé et la planète alors allez-y !

 

Et si vous voulez aller encore plus loin, je vous conseille le livre Zéro déchet de Béa Jonhson, qui depuis plus de 5 ans, ne produit aucun déchet au quotidien. Dans ce livre elle vous explique comment cela est possible et vous donne toutes ces astuces et conseils pour réduire vos déchets au maximum. Un livre que tout le monde devrait lire et relire…

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire et partagez avec vos amis sur Facebook, Twitter ou google +.

 

 

 

 

 

 

crédit photo : Unsplash by Joshua Earle

  • Krakoline dit :

    Bonjour, votre article peut être un bon début de réflexion pour changer sa manière de consommer. Mais réduire sa consommation de produit animal doit se faire par remplacement d’autres protéines et ce n’est pas évident pour tout le monde. Le livre zéro déchets et très intéressant à lire et fourmille d’idées pour réduire sa consommation d’emballage et produit sur-fait mais en France les magasins ne sont pas comme aux usa et mettre en place ce que cette auteure préconise demander beaucoup beaucoup de temps et de patiente! Néanmoins qui n’essaye pas ne peut connaitre!
    Bonne journée.

    • Mélanie dit :

      Bonjour Krakoline, 

      Tout d’abord, je vous souhaite une bonne année et vous remercie pour votre commentaire.

      Lorsque je parle de réduire sa consommation de produit animal, je ne dis pas d’éliminer complètement. La majorité des Français consomme beaucoup trop de protéines, les réduire est donc une très bonne chose sans nécessiter de penser au remplacement des protéines, à ce stade. Si une personne souhaite éliminer complètement les produits animaux, c’est une autre histoire et il faut le faire par étape, le mieux étant d’être accompagné pour savoir comment réaliser la transition sans problème.

      Par contre, je ne comprends pas vraiment en quoi en France ce serait plus difficile de réduire sa consommation de déchets, il y a beaucoup de solutions et c’est seulement une question de réorganisation et de priorité. On n’est pas obligé de tout faire en même temps, toujours y aller par étapes et au final, cela devient quelque chose de normal au quotidien, sans que cela semble contraignant. Dans le livre zéro déchet, il y a beaucoup d’idées, mais certaines ne sont pas adaptées à mon style de vie et d’autres ne me semblent pas suffisantes, donc j’adapte les idées, l’important c’est la prise de conscience et  de passer à l’action, à sa manière, sans chambouler sa vie totalement. 😉 

  • Guillaume dit :

    La transformation industrielle des aliments produit des calories vides… de bons nutriments mais contenant des substances (sous-produits de fabrication ou additifs volontairement ajoutés, comme tu en as déjà parlé) dont le corps ne sait pas trop quoi faire et qui perturbent son fonctionnement, à un degré plus ou moins grand selon les personnes. La démonstration de Seignalet (L’alimentation ou la 3e médecine) est assez convaincante sur ce sujet je trouve. Moi c’est sur ça que je vais encore me concentrer cette année : diminuer ma consommation de produits transformés 🙂

  • blandinegatel dit :

    Je suis heureuse de constater que je ne me situe pas mal dans ce cheminement vers la préservation de la planète et de ma santé! Faire du compost est ma prochaine étape.
    J’ai même découvert l’existence des lombricomposteurs d’appartement: C’est une boîte hermétique qui renferme les fameux vers “Eisenia” (vers du fumier). Ceux-ci sont friands de déchets végétaux (épluchures, fleurs fanées), céréaliers (pain, pâtes, riz),de coquilles d’oeuf, de sachets de thé…
    Pas besoin de jardin, le lombricomposteur s’installe à l’intérieur. Étanche et inodore, il ne laisse aucune chance d’évasion aux petites bébêtes. Aucun risque alors de retrouver des vers grouiller dans sa cuisine. De plus, les lombrics n’apprécient pas la lumière : ils préfèrent rester enfouis sous terre. Si l’idée d’avoir une boîte de vers dans sa cuisine paraît peu ragoûtante, on peut toujours placer le composteur sur son balcon.

  • Jocelyne dit :

    J’avance dans l’application d’actions pour la préservation de la planète et dans le respect des animaux : compost, végétarienne, pratiquement aucun produit de beauté industriel… Mon prochain challenge sera l’utilisation de produits
    ménagers naturels

  • >