4 règles pour manger sainement sans obsession

manger sans obsession

Vous en avez marre de compter les calories que vous devez manger, vous avez fait tellement de régimes que vous avez perdu le plaisir de manger, l’heure du repas devient un stress à l’idée de comment manger équilibré aujourd’hui.

En plus aujourd’hui, les médias ne parlent plus que des aliments super méga anti-oxydant, ou exceptionnellement riche en oméga 3 ou encore avec des superpouvoirs anti-cancer… Dans chaque émission, sur tous les magasines et blog que vous lisez, même dans les supermarchés, on vante les bienfaits de certains aliments, leurs éléments nutritifs, etc. Mais vous vous demandez comment savoir lesquels utiliser en priorité, comment les intégrer et comment les associer dans un repas ? 

Bref, les repas deviennent un casse-tête alors qu’en fait, il serait tellement plus simple de manger du chocolat parce que ça, ça vous donne envie ! Mais seulement d’y avoir pensé, vous culpabilisez déjà et vous sentez frustré, vous savez très bien que vous ne pouvez pas manger ça comme repas… Ca ne se fait pas !

Et bien, j’ai une bonne nouvelle, fini les casse-têtes ! Si je vous dis que vous pouvez parfaitement manger avec plaisir et sainement, sans vous priver et vous sentir frustré… Vous ne me croyez pas ?!… Et bien en fait si c’est tout à fait possible, seulement, il va falloir laisser tomber les préjugés et vous faire confiance tous simplement !

Voici mes 4 conseils pour avoir une alimentation saine sans devenir obsessionnel :
 

1. Le plaisir

Manger est tellement plus que simplement avaler de petites molécules de l’alimentation. Le fait de manger commence déjà à partir du moment où vous préparez votre repas, les couleurs, la forme, la texture, l’odeur commencent déjà à mettre en route le processus de la digestion, sans même vous en rendre compte.
On salive plus. On dit bien quand un plat semble bon, « J’en ai l’eau à la bouche », et bien, c’est tout à fait ça, vous commencez à saliver, pour être près à dégrader les aliments en éléments assimilables pour l’organisme.
Votre façon de percevoir le repas aura donc toute son importance, car vous pouvez influencer votre digestion rien qu’en regardant un aliment. Si vous vous forcez à manger un aliment, vous ne serez pas dans les meilleures conditions pour le digérer.
  • Prenez le temps de manger, et de déguster chaque bouchée, en prenant conscience de vos gestes, des sensations ressenties.
  • Même si c’est une gourmandise qui a tendance à vous faire culpabiliser par la suite. Essayez de le manger avec tout votre coeur, prenez conscience du bien qu’il vous fait même si c’est émotionnel. Mangez-le en conscience, sans télé, sans discussion, faites-vous un tête-à-tête avec votre gourmandise et remerciez-la (oui faites le vraiment) pour le bien qu’elle vous apporte, dégustez-la, au maximum. Cela sera beaucoup plus bénéfique et bien mieux digéré que si tout en le mangeant, vous déversez toute votre frustration, à l’idée même, que ce n’est pas bon pour votre ligne. Et vous verrez qu'en vous donnant la possibilité de le manger, vous en aurez de moins en moins besoin et envie.

 

2. Mastiquer, mastiquer, mastiquer

La mastication est l’étape la plus importante de la digestion. En effet, vous pouvez manger le meilleur aliment possible pour la santé, si vous ne mastiquez pas, vous n’en tirerez aucun bénéfice. Il ne pourra pas être dégradé correctement au niveau de l’intestin et il en deviendra nocif forçant votre intestin à un travail supplémentaire.

Une petite astuce : lors des repas, posez votre fourchette, entre chaque bouchée, cela vous rappelle que vous devez mastiquer.

Découvrez :

Les 3 erreurs qui vous empêchent de perdre du poids durablement.

 

3. Faites confiance à votre organisme

L'organisme sait de quoi il a besoin. Est-ce que nos grand-mères, arrière-grand-mères, arrière-arrière-grand-mères et toutes les générations d'avant, avaient besoin qu’on leur dise ce qu’il y avait de bons dans les aliments pour préparer à manger ? Non, c’était instinctif ! Si on s’écoute, notre corps nous guidera vers nos besoins.
La diététique est devenue tellement scientifique, que l’on nous dit, combien de chaque groupe d'aliment, on doit manger. Mais chacun a des besoins propres à ses activités, ses étapes de la vie, etc.  

  • Préparez-vous à manger, ce dont vous avez envie avant tout, ne réfléchissez pas trop aux quantités, ni à l’équilibre de votre assiette. Ecoutez-vous, apprenez à détecter quand vous n’avez plus faim et ne vous forcez pas à finir votre assiette ! Vous la finirez plus tard au besoin.

Par contre, il est important de différencier les envies réelles et les fausses envies.

L’industrie alimentaire a énormément évolué en quelques dizaines d’années, mais pas notre organisme. L’alimentation que l’on trouve dans les supermarchés & co, sont très souvent dépourvus de vitamines et minéraux qui ont été détruits lors de leurs nombreuses transformations et il a été ajouté des additifs et conservateurs. Ces additifs vont tromper notre cerveau, pour lui faire croire qu’il a absolument besoin de cet aliment et ils stoppent votre sensation de satiété.

Par exemple, quand vous êtes devant une pomme, soit vous en avez envie, soit vous n’en avez pas envie. Il y a très peu de côté émotionnel derrière, pas d’envie absolue. Une fois que vous en avez mangé une, vous êtes rassasié et le goût change, le goût sucré, frais et savoureux du départ, s’estompe au fur et à mesure et vous la sentez moins agréable au goût. C’est l’effet de satiété de votre cerveau qui vous envoie une information « ça y est, tu as comblé ton besoin, tu peux arrêter".


Par contre, il ne vous est jamais arrivé de finir le paquet de chips ou de bonbons, sans même vous en rendre compte… Et au moment où, vous vous en apercevez, vous vous sentez presque avec un dégoût pour cet aliment, parfois, vous ne le sentez même pas, mais vous sentez juste que vous en avez trop mangé, par un mal-être digestif. Et bien, ce sont les composants de cet aliment qui ont bloqué votre sensation de satiété et ont stimulé votre envie.

Donc la condition, pour pouvoir réellement vous faire confiance, est de manger principalement des produits naturels et simples (le moins transformé possible). C’est la seule règle. Vous pouvez manger autant que vous le voulez, mais des aliments non transformés et frais.

 

4. Apprenez à vous écouter

  • Essayez, un jour où vous ne travaillez pas de préférence et où vous êtes seule à la maison (ça sera moins de contraintes), de manger quand vous en sentez le besoin. Ecoutez-vous et essayez de distinguer la vraie faim, des émotions qui vous appellent à manger (quand vous vous ennuyez, vous êtes agacé de ne pas arriver à faire quelque chose, quand vous êtes triste, etc.). Vous verrez que finalement, on mange peu quand c’est par faim, on a plus tendance à manger par émotions.

Une fois que vous avez identifié l’émotion (ou les émotions) qui vous pousse à manger, essayez de trouver une alternative qui vous plaît.

Par exemple, moi, j’ai tendance à vouloir manger quand quelque chose m’agace. En gros, ça me change les idées de manger un petit quelque chose, ça distrait mon esprit. Et bien maintenant, à la place d’aller manger, je fais une pause, soit je vais regarder une vidéo marrante sur youtube, soit je vais faire un tour dehors avec de la musique (pour ne pas ruminer…), soit je mets de la musique et je danse. Et ensuite, je me remets à travailler et mon envie de manger a disparu comme par magie!!!

 

Pas besoin de se prendre la tête avec les qualités des aliments, du combien, du pourquoi, etc. Avant tout, apprenez à vous écouter, vous faire plaisir et à vous faire confiance.
Je sais que c’est plus dur à dire qu’à faire, mais il faut juste se lancer. Essayez un jour pour voir et vous sentirez vraiment la différence. Au début, ça demande d’y penser, ce n’est pas naturel et il faut avoir un peu de temps. Mais au fur et à mesure, ça deviendra de plus en plus naturel et vous prendrez réellement du plaisir à vous faire du bien !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
crédit photo: pixabay

>